Blog

Dikwe : la première digue portuaire à récupérer l’énergie des vagues

Première mondiale : GEPS Techno, en partenariat avec le Groupe Legendre et l’Ifremer, a réussi à combiner protection portuaire et récupération d’énergies marines. Un prototype de digue à énergie positive à l’échelle 1/4 est désormais en test en rade de Brest.

Photo du prototype de la digue à énergie positive Dikwe à l'échelle 1/4 actuellement en test dans la rade de Brest

Juillet 2022, après des tests en bassin, un prototype (échelle 1/4) de digue littorale à énergie positive est immergé pour des essais en rade de Brest pendant plusieurs mois.

A l’origine de ce projet : le Groupe Legendre qui a missionné GEPS Techno pour récupérer l’énergie des vagues et intégrer ce dispositif dans une digue portuaire.

L’Ifremer a soutenu le projet en permettant les essais en bassins puis en mer. Nouvel exemple de réussite de notre Innovation Lab !

Comment une digue à récupération d’énergie fonctionne-t-elle ?

Le principe est d’équiper une digue de protection du littoral d’un système houlomoteur, doté d’un volet oscillant actionné par les vagues. Celui-ci permet ainsi de convertir l’énergie des vagues en électricité durable et locale.

Le prototype mesure près de 4,5 m de haut et de large pour 6 m de profondeur. Installé sur un support fixe, il est complètement immergé à marée haute. Selon les premiers calculs, le dispositif capte jusqu’à 60 % de l’énergie des vagues.

Il est équipé de capteurs pour mesurer les vagues, la production d’énergie et la résistance de la structure.

La prochaine étape : un prototype à taille réelle, horizon 2023

Initiée en 2020, la première phase de ce projet a consisté à tester le procédé grâce à un prototype à l’échelle 1/15e, immergé dans le bassin à houle de l’Ifremer à Brest.

Cette étape a permis de valider le design du prototype et a confirmé les premiers calculs numériques, avec une estimation allant jusqu’à 60% de captation de l’énergie des vagues.

La deuxième phase est donc actuellement en cours sur le site d’essais en mer de l’Ifremer à Sainte Anne-du-Portzic.

La troisième étape consistera à effectuer des tests sur un prototype quatre fois plus grand : près de 20 m de large et de haut, en béton cette fois, pour une production de l’ordre du méga watt. La construction de ce prototype à taille réelle est envisagée en 2023 pour une mise à l’eau en 2024, sur un site en Bretagne qui reste à définir.

De nombreuses opportunités pour les digues à énergie positive

Parmi les applications possibles de ce concept Dikwe de digue à énergie positive :

  • Produire de l’énergie renouvelable dans les ports, c’est ouvrir la possibilité de
  • Rendre un port de plaisance autonome
  • Alimenter des industries portuaires
  • Produire de l’hydrogène avec l’énergie des vagues

Pour en savoir plus sur Dikwe